Cologne dans un article du Monde de Kamel Daoud

Publié le par Eminescu

Fatigué comme on peut l'être après une semaine de travail (les élèves, plus mon exploitation), hier je n'ai pas pu éplucher le journal que je venais d'acheter. Je me suis contenté de le feuilleter. Ce n'est qu'aujourd'hui, donc, que je vous livre ce petit compte-rendu d'un article au sujet des migrants. (Demain, j'évoquerai la révolte on ne peut plus légitime de nos agriculteurs).

Kamel Daoud n'est autre que l'auteur de Meursault, contre-enquête, roman s'inspirant de L'Etranger de Camus et couronné par le Prix Goncourt du premier roman. Dans son analyse des événements survenus à Cologne, il voit, dans un premier temps - et c'est assez curieux - , un jeu de fantasmes. Les Occidentaux que nous sommes, hantés par les invasions barbares et l'occupation allemande, feraient des réfugiés de nouveaux envahisseurs, des agresseurs et violeurs potentiels de nos femmes, et ce sans s'appuyer sur des faits avérés. Faut-il à ce sujet envoyer à ce monsieur la petite vidéo que voici? (Nouvel an à Cologne: le témoignage d'un vigile) Ils découvriraient que nous n'avons pas affaire à un sentiment, des peurs, mais bel et bien à la réalité. Et pour ce qui est d'un effondrement possible de notre civilisation, je vous renvoie à un autre de mes articles, où je mets en regard les événements que nous vivons avec les derniers moments de l'Empire romain: L'afflux de réfugiés à la lumière d'un extrait de Cioran

Après avoir parlé des soi-disant "fantasmes" de droite et d'extrême droite, Kamel Daoud se penche sur la gauche pro-migrants et sur les réfugiés eux-mêmes. C'est assurément la partie la plus intéressante de son article.

Je ne commenterai pas son développement, assez verbeux, sur la femme dans le monde musulman. Il suffit de dire, pour le résumer, que le corps de cette dernière ne lui appartient pas: c'est un enjeu pour sa famille et sa religion. On le désire et on le déteste, parce qu'il peut en sortir une vie que les islamistes méprisent.

Je citerai deux paragraphes à propos de "l'angélisme" qui a prévalu dans l'accueil des migrants. (N'oublions pas que l'homme de gauche projette sur l'étranger, sur l'Autre, le Différent, toutes les vertus qu'il prône. Il ne le voit pas tel qu'il est, mais tel qu'il voudrait qu'il soit.)

L'accueil du réfugié, du demandeur d'asile qui fuit l'organisation Etat islamique ou les guerres récentes pèche en Occident par une surdose de naïveté: on voit, dans le réfugié, son statut, pas sa culture; il est la victime qui recueille la projection de l'Occidental ou son sentiment de devoir humaniste ou de culpabilité. On voit le survivant et on oublie que le réfugié vient d'un piège culturel que résume surtout son rapport à Dieu et à la femme.

En Occident, le réfugié ou l'immigré sauvera son corps mais ne va pas négocier sa culture avec autant de facilité, et cela, on l'oublie avec dédain. Sa culture est ce qui lui reste face au déracinement et au choc des nouvelles terres. Le rapport à la femme, fondamental pour la modernité de l'Occident, lui restera parfois incompréhensible pendant longtemps lorsqu'on parle de l'homme lambda. Il va donc en négocier les termes par peur, par compromis ou par volonté de garder "sa culture", mais cela changera très, très lentement. Il suffit de rien, du retour du grégaire ou d'un échec affectif pour que cela revienne avec la douleur.

Un homme de culture musulmane qui vient corroborer mon propos: ce que j'affirme depuis des mois doit correspondre à la réalité...

Kamel Daoud

Kamel Daoud

Commenter cet article

Le pédagogue 22/02/2016 15:36

Le pédagogue :


« Les musulmans et les musulmanes, les croyants et les croyantes, les obéissants et les obéissantes, les loyaux et les loyales, les endurants et les endurantes, les craignants et les craignantes, les donneurs d’aumône et les donneuses d’aumône, les jeûneurs et les jeûneuses, les gardiens de leur chasteté et les gardiennes, ceux qui invoquent beaucoup Allaah et les invocatrices, Allaah leur a préparé un Pardon et une Récompense Immense. Il n’appartient pas à un croyant ni à une croyante, une fois qu’Allaah et Son Messager ont décidé d’une chose, d’avoir encore le choix dans leur façon d’agir. Et quiconque désobéit à Allaah et à Son Messager, s’est égaré d’un égarement évident ».
Alqoraane (Le Coran), sourate 33 (chapitre 33), Alahzaab, Les Coalisés, aayate 35 et aayate 36 (verset 35 et verset 36).