Un peu d'humour sur les migrants

Publié le par Eminescu

Dans l'univers des médias, on se doit d'être subversif. Ah! On se croit libre, sans limites. On pourrait, paraît-il, tout tourner en dérision.

Mais à qui s'attaquent exactement les humoristes et autres trublions de la télévision publique?

Au petit Français sur qui pèse la suspicion de racisme (péché mortel), d'intolérance et même d'endogamie (il est vrai que ce n'est pas le genre des musulmans). Au catholique qui est forcément intolérant et pédophile (les mises en garde contre les "amalgames" pleuvent après les attentats, jamais après les affaires qui secouent l'Eglise).

Par leur humour, nos gauchos croient s'attaquer à un système de domination, une bourgeoisie rigide et coincée, une religion toute puissante. Ils ont cinquante ans de retard! Ne veulent pas voir que ce sont eux les nouveaux maîtres. Eux! Cette caste apatride ne jurant que par l'argent et les marchés. Fortes de quelques principes, de quelques valeurs, qui assure le maintien de son pouvoir et le monopole de son idéologie.

Tiens... Pourquoi ne rit-on jamais des étrangers, si l'on peut rire de tout?

Parce que l'étranger est là pour affaiblir un peuple que ces gens-là déteste, qu'ils veulent marginaliser, voire même remplacer.

Avec le petit dessin animé norvégien qui suit, permettez-moi de vous donner du poil à gratter. Ah! On aime la subversion! Je vais vous en donner, moi! Et puis mon dessin animé, sans être méchant, est bien plus drôle que tout ce que vous pourrez trouver dans les médias. Plus drôle pour la simple et bonne raison qu'il traite de la réalité.

Publié dans Actualité

Commenter cet article