Commémoration des accords d'Evian

Publié le par Eminescu

Le Christ nous demande d'aimer notre prochain comme nous même, la gauche intellectuelle et politique de nous détester pour mieux accueillir l'étranger. En ce 19 mars, François Hollande commémore les accords d'Evian (fin de la guerre d'Algérie) et bat sa coulpe au nom de la nation. Nous avons pratiqué la torture, avons exploité, colonisé ce pauvre peuple qui ne nous avait jamais rien demandé. On oubliera bien sûr les Français et Harkis massacrés après le cessez-le-feu. Ou on en fera porter la responsabilité au Général de Gaulle, à la France donc. (Ah! on peut bien pointer du doigt sa naïveté ou même son impassibilité, il n'en demeure pas moins que ces crimes ont été perpétrés par la jeune nation algérienne; il est bon parfois de rappeler les évidences.)

Notre président nous accablera donc de tous les crimes de la terre, enverra ses plus plates excuses à un Bouteflika qui nous traite de Nazis, mais se fait soigner aux frais du contribuable, dans cette ancienne métropole qu'il vomit. Le grand caïd et sa clique corrompue pourront mettre sur le dos de colons, partis il y a plus de cinquante ans, la gestion calamiteuse des ressources pétrolières et gazières de leur pays. C'est le seul moyen qu'ils ont de faire accepter leur richesse insolente et sa misère à leur peuple.

Ainsi, on va flétrir notre histoire, une fois de plus, s'agenouiller, s'aplatir devant l'immigré tout puissant, victime de la colonisation, oh! et du racisme, immigré qui deviendra, on s'en étonnera, toujours plus haineux, toujours plus vindicatif.

Plutôt que le repentir et la componction, je propose, moi, la réflexion désintéressé, l'étude de l'histoire débarrassée du carcan mémoriel.

Nous verrons, demain, que la colonisation est un phénomène humain - tous les peuples qui en ont réuni les conditions s'y sont adonnés.

Lundi, nous parlerons de certains motifs occultés de la conquête de l'Algérie en 1830.

Mardi, nous expliquerons que la colonisation est une affaire de gauche, comme la responsabilité des horreurs commises pendant "les événements".

Après votre épisode des Frères Muslims, nous évoquerons la trahison des intellectuels gauchistes, ces plaies de la nation.

Nous toucherons deux mots de l'histoire méconnue des pieds-rouges, vendredi, et conclurons sur ce à quoi doit s'attendre un pays, comme la France, qui est devenu la colonie de ses colonies.

Quel peuple peut tolérer ça?

Quel peuple peut tolérer ça?

Publié dans Histoire

Commenter cet article