Tous unis contre la haine

Publié le par Eminescu

Le PS lance une nouvelle campagne de lutte contre le racisme et l'antisémitisme qui sont en hausse depuis les attentats du 13 novembre.

Qu'il y ait un regain d'islamophobie, personne ne le niera. Mais il se peut que le phénomène soit compréhensible. On se demande ce que feraient des musulmans si des chrétiens tuaient cent trente des leurs dans leur propre pays, et ce après avoir payé leur éducation et arrosé leurs parents d'allocations. On ne peut que déplorer les dégradations de mosquées ou de cimetières, on ne peut que plaindre ces hommes et femmes qui sont molestés pour ce que quelques uns ont fait avec leur religion. Mais d'autres n'auraient-ils pas été infiniment plus brutaux? Est-il un peuple plus clément, plus patient que le nôtre?

Il faut dire par ailleurs que le choix des victimes, dans ces clips financés par l'Etat, a de quoi surprendre: ce sont des Noirs, des Arabes ou des Juifs. Ceux qui insultent? Ils parlent Français sans accent. Ceux qui frappent? Des Blancs. Le racisme ne fonctionne que dans ce sens. Le vieux peuple de France, seul, est coupable, seul, il doit être éduqué.

Quand on s'attarde sur ces téléfilms, affiches et clips de sensibilisation, on est toujours surpris, comme dans toute œuvre de propagande, par le décalage avec la réalité dont on fait l'expérience au quotidien.

C'est curieux.

J'ai beaucoup voyagé, pris le train, fréquenté des cités universitaires et habité même quelques mois en banlieues. Je n'ai jamais vu de ces étrangers abattus, qui semblent porter sur leurs épaules tout le poids du racisme et de la stigmatisation. Je n'ai vu que des jeunes gens arrogants qui traînent en bandes. Je n'ai jamais entendu un blanc insulter un noir, ni vu un groupe de bons Français passer à tabac un Arabe, mais des membres de ma famille, moi-même avons été agressés par des étrangers. J'ai vu des jeunes femmes insultées, parce que blondes, des personnes âgés bousculées, du rackets, des vols et encore des coups.

Combien de temps supportera-t-on de passer pour les bourreaux, quand nous sommes les victimes?

Et puis, qui parle du racisme, si commun, des Arabes à l'égard des Noirs? A titre personnel, il m'est arrivé d'assister à une de ces scènes en gare de Grenoble, il y a quelques années. J'attendais devant le guichet; la file d'attente était interminable. Un Maghrébin cherche à passer devant tout le monde. Pris à partie par un grand Black, il fait comme si de rien n'était, mais l'autre ne se laisse pas démonter. Le malotru est contraint de battre en retraite. Je me souviendrai toujours de l'insulte proférée: "Sale n***"!"

Ces clips évoquent-ils les brimades que subissent les Chinois de la part de bandes d'Arabes ou de Noirs? Ce sont pour ces derniers des proies faciles. Travaillant dur, et au black, ils ont sur eux beaucoup d'argent liquide. Il porte rarement plainte. Ils sont discrets, très peu revendicatifs: les association antiracistes ne sont pas faites pour eux.

Dans ce clip, les propos antisémites sont tenus par des hommes et des femmes sans accent. Parmi les Franco-Français, il y a certes des restes de vieilles rancœurs, une certaine indignation pour le sort des Palestiniens. On reproche parfois à cette communauté de faire bande à part et d'occuper le monde des médias et du spectacle. Des propos que l'on échange à huis-clos, en s'assurant que personne n'ira les répéter. A Sarcelles, en juillet 2014, les jeunes issus de l'immigration ont tout simplement refait la Nuit de Cristal en vandalisant des magasins juifs. Certains chefs d'établissement convoquent des parents pour leur expliquer qu'ils ne peuvent répondre de la sécurité de leurs enfants. Les deux pires insultes dans les collèges de banlieue sont: "Sale Français!" et "Sale Juifs!" A Marseille, on a recommandé aux Israélites de ne pas porter la kippa et Koulibaly a attaqué une épicerie kasher pour tuer des hommes et des femmes qui n'avaient d'autre tort à ses yeux que d'êtres juifs.

Qui sont exactement les antisémites dans ce pays?

Tous contre la haine, je veux bien, mais contre toutes les haines. Et que chacun assume ses actes, et leur gravité.

Encore de pauvres étrangers victimes du racisme. Mais qui a été le témoin de ce genre de scène? Et, s'il a été le témoin de l'une d'entre elles, combien de fois a-t-il assisté à la configuration inverse?

Encore de pauvres étrangers victimes du racisme. Mais qui a été le témoin de ce genre de scène? Et, s'il a été le témoin de l'une d'entre elles, combien de fois a-t-il assisté à la configuration inverse?

Publié dans Actualité

Commenter cet article