Un candidat coréen humilié par le jury de la Nouvelle Star

Publié le par Eminescu

Dukhwan Kim

Les émissions de télé-réalité atteignent un niveau d'indécence assez incroyable. Au départ, on a filmé quelques jeunes gens triés sur le volet: ils devaient baiser ou se chamailler devant les caméras et on invitait les spectateurs à les observer comme on observe des animaux dans un zoo. Puis, les gros bonnets des médias sont montés d'un cran. S'instaurant en juges, censeurs ou chercheurs de talents, des artistes installés ont vendu du rêve à la populace, fait croire à de pauvres gens en manque de reconnaissance qu'ils allaient les coopter, les intégrer dans leur milieu, le seul paradis auquel on est encore le droit de croire.

Mais il y a combien d'élus? Les seuls gagnants au final, ce sont eux, cette élite insolente, gavée de tout, qui nous humilie pour s'enrichir et se distraire.

Regardez bien cette vidéo. Ca crève les yeux.

Et, quand on cherche - et grâce à Internet on a la version du jeune homme -, on réalise avec dégoût que cette séquence humiliation est en plus un coup monté. Notre pauvre Coréen voulait chanter I believe I can fly. La veille de l'audition, la production lui a imposé Je ne regrette rien, afin de créer un contraste plus drôle entre son accent et ce classique de la chanson française. On lui a imposé encore de se présenter en coréen afin de souligner son incongruité dans le décor, l'incompréhension du jury, le tout accompagné d'un fort souffle de vent en guise de bande son. Chez Dukhwan, l'enthousiasme a fait place à la gêne. La production lui avait assuré qu'il ferait sensation.

C'est dégueulasse.

Et puis, allez, avec un Noir ou un Maghrébin, on ne se serait pas permis d'écorcher un nom à plusieurs reprises - à la seule fin de déstabiliser le candidat - et pour conclure: "On t'appellera Luc". J'attire ici votre attention sur la méchanceté des rires qui accompagnent cette saillie verbale.

Sur les Asiatiques, on peut y aller.

Il va sans dire que Dukhwan n'a rien pour plaire à Joey Starr, ou aux élites qui nous gouvernent: son casier judiciaire, à lui, est parfaitement vierge. Etudiant à Normale Sup', il apprécie notre cuisine et notre culture. Il aime la France, et le dit! Un étranger poli et souriant, qui n'est pas là "pour foutre le feu".

Non, on a envie de lui mettre "un bon coup de genou dans les sacoches".

Et moi, je ferai bien bouffer ses dents en or à Joey Starr, ou ses dents refaites, peu importe. Et j'ai envie de dire aux autres que j'ai honte de les voir représenter mon pays.

Pour vous, mes lecteurs, visionnez bien cette vidéo: vous avez devant vous l'élite médiatique qui vous fait la morale depuis des décennies.

Et un vrai coup dans les sacoches de Didier Morville, euh, Joey Starr

Publié dans Actualité

Commenter cet article

Bernieshoot 18/03/2016 06:51

Le mieux est de ne pas regarder ces émissions, sans audience elles disparaîtront très vite

Eminescu 18/03/2016 16:13

Tout à fait. Personnellement, je ne perds pas mon temps à cela. J'ai découvert la mésaventure de Dukhwan Kim en lisant le Figaro. J'ai été surpris par la cruauté de la scène, et d'autant plus que je savais que tout cela était calculé, prévu. Si je me suis fendu d'un petit article à ce sujet, c'est que ce genre d'émission, et cette séquence en particulier, me semble symptomatique des rapports que nos élites entretiennent avec nous. Jadis, les Nobles méprisaient le Tiers Etats. Aujourd'hui, toujours aussi insolentes, les élites médiatiques nous vendent du rêve afin de se divertir. Elles ne se cantonnent pas à leur beau quartier, mais viennent se foutre ouvertement de nos gueules.