Des colonies de vacances pour les djihadistes

Publié le par Eminescu

Le Figaro révèle dans un article mis en ligne hier un programme assez curieux destiné à lutter contre la radicalisation (Les étranges méthodes de déradicalisation). Après l'assassinat des journalistes de Charlie Hebdo et les attentats de Paris, le gouvernement a débloqué quelque 80 millions d'euros. Voilà une manne financière qui doit soulager M. Urvoas : remplaçant de Mme Taubira, il avouait il y a quelque temps que son ministère n'arrivait plus à payer ses factures.

Ce qui pose question, cependant, c'est l'utilisation de cet argent.

Une partie a servi à recruter du personnel et à créer des infrastructures, ce qui est plutôt bienvenu compte tenu de la surpopulation carcérale. Le reste, tenez vous bien, est dilapidé dans des activités diverses : sorties à vélo ou en catamaran, stages de plongée, matchs de foot, initiation aux sport de combat !

La gauche, fidèle à elle-même, pense que ces islamistes renonceront au djihad après quelques bons moments de convivialité, après le petit sermon de formateurs qui leur expliqueront qu'il n'est pas bien de tuer. Ce mélange de laxisme et d'angélisme est déjà employé pour lutter contre la délinquance, avec le succès que l'on connaît. Une sottise philosophique qui remonte à Platon : le méchant n'est méchant que par ignorance. Si on l'éduque, il comprend qu'en faisant le mal il nuit à la société et, partant de là, à lui-même. L'usage de la force n'est pas de mise. Dans l'éducation nationale, on a affaire ainsi à des professeurs qui sont insultés, menacés, frappés, et qui ne peuvent que discuter avec leurs agresseurs (à ce sujet, je publierai bientôt le témoignage accablant d'une enseignante en zone sensible).

Dans le cadre de la menace terroriste, ces méthodes ne sont pas seulement ridicules et utopistes, elles sont criminelles.

En somme, on donne l'opportunité à des individus dangereux de se faire la malle pendant des sorties - où ils sont très peut surveillés - et de se défendre, grâce aux cours de boxe, lorsque des policiers chercheront à les reprendre. Hallucinant !

D'autant plus que ces fanatiques ne sont pas isolés des autres détenus. Ils ont toute latitude de communiquer avec eux de fenêtre à fenêtre et au cours des promenades. En d'autres termes, de gagner à leur cause de petits délinquants paumés, des dealers, des voleurs et braqueurs, qui se changent en islamo-terroristes.

Hélas ! Les socialistes ne mesurent pas la dangerosité de ces individus. Par incompétence, par lâcheté, par utopisme, ils les laissent croître et se renforcer ; c'est tout juste s'ils ne les arment pas. Eux qui sont si friands d'histoire quand il s'agit de faire accepter l'immigration de masse ou de relativiser les agressions sexuelles à Cologne (Tweet de Clémentine Autain), ils devraient savoir que la chute des grandes puissances est due dans la plupart des cas au laxisme et à la faiblesse. Napoléon apprend l'art militaire grâce à une bourse de Louis XVI. Il prend des libertés avec les ordres de la Convention et du Directoire, refusant de réprimer l'insurrection vendéenne où il n'aurait pu s'illustrer comme il le souhaitait. Lénine, qui cherche à agiter les ouvriers de Saint-Pétersbourg, est seulement assigné à résidence en Sibérie par les autorités russes. Il s'en va en train, de lui-même, et loge confortablement, avec son épouse, dans une petite datcha où il continuera à écrire contre le régime.

Ce qu'il faut bien avoir présent à l'esprit, c'est que ces hommes-là seront tout, sauf cléments, une fois au pouvoir. Napoléon fait arrêter et fusiller le duc d'Enghien sur de simples soupçons et Lénine ordonne le massacre du tsar et de toute sa famille.

Il pourrait en aller de même pour nos terroristes. Parmi eux végètent de nombreux chefs de guerre - ils ne tarderont pas à se révéler. Nous avons créé toutes les conditions favorables à leur montée en puissance. Ils disposent d'une population, aux portes des principales villes du pays, qu'ils ne pâtiront pas de soulever, et notre politique étrangère amène au pouvoir, au Moyen-Orient et au Maghreb, des organisations terroristes qui les soutiendront.

Pour des criminels de cet acabit, on ne peut malheureusement employer que des méthodes expéditives : ce se sont pas de simples voleurs, ou même des assassins, ils peuvent perpétrer des meurtres de masse ou plonger notre pays dans la guerre civile.

Un gouvernement responsable les ferait disparaître en douce, sans faire de vague. Le nôtre crée pour eux des colonies de vacances.

La propagation de l'islamisme n'est pas sans rapport, dans sa rapidité et dans ses effets, avec celle des zombies de la série américaine The Walking Dead. La question qui se pose est: peut-on se contenter de les enfermer?

La propagation de l'islamisme n'est pas sans rapport, dans sa rapidité et dans ses effets, avec celle des zombies de la série américaine The Walking Dead. La question qui se pose est: peut-on se contenter de les enfermer?

Publié dans Actualité

Commenter cet article