Course-poursuite dans Puissance de la terre

Publié le par Eminescu

Dans mon roman, Puissance de la terre, j'ai eu l'idée d'une grande course poursuite. Non seulement mon héros, Sahuc, est un Français de souche qui va battre les racailles sur leur propre terrain, mais c'est également le héros tant attendu par mon narrateur, Sylvain Fargier, ce pauvre fils de paysan dont les parents sont accablés de dettes.

Juste avant que commence l'extrait qui va suivre, les quatre membres du commando sortent d'une banque avec des sacs de sport pleins à craquer. Attention à ce qui va suivre: vous en viendrez à vous accrocher aux bras de votre fauteuil tant le récit vous transporte, peut-être même que vous vous protégerez la tête des éclats de pare-brise et de tôle qui volent en tous sens...

Cinq voitures de police, déboulant de nulle part, les prirent en chasse au niveau du boulevard principal d'Aubusson. Ils slalomèrent d'abord entre les autos qui klaxonnaient, prirent une voie de bus, puis un sens interdit, sans parvenir à les semer. Se penchant à travers la vitre arrière grande ouverte, Sahuc ajusta leurs plus proches poursuivants. Le pare-brise tomba et la caisse, dont le gyrophare illuminait la rue, alla se ficher dans un horodateur. La riposte ne se fit pas attendre. Une première balle, manquant de justesse un pneu, rebondit sur la jante ; une deuxième traversa la lunette arrière, frôla la tempe d'Astor.

Quittant le centre-ville, Ball s'engagea brusquement dans une voie d'insertion.

-Maintenant, essayez de me suivre, si vous le pouvez, marmonna-t-il en regardant dans son rétroviseur les véhicules de police.

Il donna soudain un grand coup de volant. Dans un crissement de pneu déchirant, sa bagnole fit une embardée telle que deux roues décollèrent du sol. Un poids lourd l'évita avec un coup de klaxon interminable. Accélérant de plus belle, il repartit sur la rocade, à contre-sens. Deux voitures le suivirent malgré tout ; les autres furent bloquées par des automobilistes qui freinaient en catastrophe. Il y eut sur les deux voies un embouteillage monstre.

-Encore deux cages à poulets. Allez, ma belle, montre-nous ce que t'as dans le ventre !

Les autos, qui arrivaient face à eux, faisaient claquer leurs vitres par de brusques appels d'air, les aiguilles sur le tableau de bord étaient à leur maximum, et les quatre hommes filaient à deux cent-vingt sur une bande d'arrêt d'urgence.

Un petit jeune, qui changeait sa roue, leur barra soudain le passage. Ball se déporta au dernier moment, se rabattit avant qu'une camionnette ne les percute – les angles des pare-chocs se frôlèrent. Les flics, derrière, ne s'en tirèrent pas à si bon compte. N'ayant pas eu le réflexe de braquer, ils emboutirent la petite auto en panne dans un froissement de tôle effroyable, tuant le jeune homme sur le coup, et leur véhicule s'en alla heurter la glissière de sécurité qu'il déforma.

Une seule bagnole, avec des hurlements de sirène, était encore à leurs trousses ; des flics, à l'intérieur, cherchaient à les atteindre par des tirs sporadiques.

-Il en reste plus qu'une, mais ils vont pas tarder à bloquer la voie. Il faut sortir de ce merdier.

A la place du mort, Murdock avait aperçu des fourgons qui investissaient la rocade, au loin ; il en sortait des types en uniforme, munis de gilets fluorescents.

Ball freina tout à coup, se déporta. Une décapotable d'un rouge vif, déboulant à fond de train sur la voie d'accélération, lui emporta une aile dont la tôle vola au milieu de la chaussée, s'en alla percuter le dernier véhicule de police, qui fut littéralement plié. Un motard, passant avant que le barrage de police ne se referme, fonça dans l'amas de ferraille et de vitre cassée et, cabriolant par-dessus, brisa la visière de son casque sur le bitume et glissa, dans sa combinaison, sur cent bons mètres.

Plus loin, les policiers avaient installé une herse et disposé, de part et d'autre de leurs fourgons, des tireurs en embuscade, mais Marvin Ball braqua à nouveau, s'engagea au dernier moment, toujours à contre-sens, dans la voie d'insertion qui s'offrait à eux. Sa bagnole écrasa un des piliers verts qui délimitaient l'intersection.

Libérés des flics qui les poursuivaient, les quatre hommes regagnaient Marnilly.

Fast and furious 7

Publié dans Romans

Commenter cet article