La théorie du genre n'existe (presque) pas

Publié le par Eminescu

Ce matin, une collègue à moi, forte, aux cheveux blonds filasse, entre en salle des profs avec une grande affiche. Elle se dirige vers le panneau syndical, y fait de la place et y colle un texte dont on aperçoit le titre de l'autre bout de la pièce: "Non, la théorie du genre n'existe pas, n'en déplaise au Pape".

Je m'approche.

-Pas la peine de regarder, m'interpelle la collègue, avec un rictus désagréable. Ce n'est pas pour toi.

-Qu'est-ce qui te fait dire ça?

-Tu es catho, un peu coincé, limite facho.

Elle connaît mon opinion sur les migrants, d'où la dernière allégation.

-Je suis catho, oui, mais pas si coincé que ça (j'avais envie d'ajouter "avec des femmes plus jolies que toi", du moins). La preuve, je vais lire ton affiche. Et puis, j'ai le droit de ne pas être d'accord avec toi. Cela ne fait pas de moi un facho pour autant...

Deux ou trois profs essaient de me rabattre le caquet. Je leur tiens tête. Après tout, je suis encore libre, dans mon pays, de penser ce que je veux.

Mettant un terme à un échange très froid, je lis: La théorie du genre n'existe pas...

Le pape aurait évoqué - horreur - le "sournois endoctrinement de la théorie du genre". Sont montrés du doigt les "lobbys conservateurs" issus de la Manifs pour tous. "L'occasion de rappeler que, non, la théorie du genre n'existe pas".

Mais l'auteur va ensuite nous faire l'histoire de cette théorie qui n'existe pas, et nous expliquer comment elle s'impose peu à peu dans les établissements scolaires. Allez comprendre.

Et la tirade émane d'un obscur collectif contre la LGBTphobie, quelques hurluberlus qui font pression sur l'Education nationale pour imposer leurs idées. Un lobby, quoi.

Ils s'en prennent uniquement au pape et aux Catholiques, qui ont bon dos et ne se défendent pas. Curieusement, aucune mention n'est faite de Farida Belghoul, une musulmane en guerre contre leur théorie. Les Cathos sont-ils les seuls conservateurs? Sont-ils les seuls à s'opposer au mariage homosexuel et à tout ce qui va avec? J'invite le Collectif LGBT à aller se frotter aux musulmans pour s'en assurer, organiser, pourquoi pas, une Gay Pride en Arabie Saoudite.

Ce qui est grave, c'est que, depuis quelques années, l'école devienne un point de diffusions de combats politiques et de doctrines pour le moins discutables. Chaque association, collectif, ramassis de gauchos en fait un champ de bataille et s'ingénie à former les futurs citoyens de la société dont il rêve. Nos enfants n'ont pas à subir cette propagande. L'école doit être avant tout un lieu où l'on transmets des savoirs.

Qu'on me pardonne pour finir, mais j'ai bien envie de déchirer l'affiche à la con de ma collègue et de lui en faire manger un morceau, à elle, et à tous ceux qui la soutiennent.

Non, à la LGBTphobie!... Euh... Attendez!... Pourquoi je m'occuperais de leurs histoires? Ils s'intéressent au sort des agriculteurs et des pères de famille qui ne peuvent voir leurs enfants? Non. Alors, je me fous, moi-aussi, de leurs conneries.

Non, à la LGBTphobie!... Euh... Attendez!... Pourquoi je m'occuperais de leurs histoires? Ils s'intéressent au sort des agriculteurs et des pères de famille qui ne peuvent voir leurs enfants? Non. Alors, je me fous, moi-aussi, de leurs conneries.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article