Allemagne: les migrants auraient pris le contrôle d'une petite ville touristique

Publié le par Eminescu

Voici sur quoi je suis tombé en surfant sur Atlantico: Allemagne: les migrants auraient pris le contrôle... A Garmisch-Partenkirchen, petite ville de Bavière, le maire se trouverait face à une situation explosive: hausse spectaculaire des délits et agressions sexuelles. La pauvre femme, qui n'a visiblement plus la situation en main, demande de l'aide au Land dans une lettre qui a fuité.
 
Cette information me fait penser au roman d'anticipation de Jean Raspail, Le Camp des Saints, auquel j'ai consacré un article. Il y est question d'une flotte indienne qui débarque sur les côtes françaises. Des gauchos exaltés accueillent ces milliers de miséreux qui déferlent finalement et détruisent tout sur leur passage.
 
Le maire de cette petite ville est de gauche, si j'ai bien compris. Elle a accueilli ces gens-là avec des bouteilles d'eau et des oursons; elle a débloqué pour eux des logements auxquels certains de ses électeurs n'avaient pas droit. Elle est féministe, progressiste. Et voilà que ces pauvres migrants - autant de chances pour l'Allemagne - prennent le contrôle de sa bourgade, dépouillent ses pauvres habitants et agressent tout ce qui porte jupon.
 
En-dessous de l'article, on en trouve un autre, en lien, sur la disproportion entre la population masculine et féminine des migrants. Eh oui, ce sont pour l'essentiel des hommes qui ont la vingtaine. Ils n'ont jamais vu, dans leur pays, des femmes aussi blondes et aussi sexy que les Allemandes. Et, dans leur histoire, ils n'ont connu ni l'amour courtois des troubadours, ni le marivaudage du XVIIIe; leur culture et leur religion les poussent à être beaucoup plus direct avec le beau sexe.
 
Mais tout cela, il fallait y penser avant de les faires venir.
 
Une petite ville aux mains des migrants...
 
Dans un avenir proche, il faut s'attendre à en voir tomber d'autres, et beaucoup plus importantes, - des étrangers contrôlent déjà des banlieues entières. Nous sommes en train de vivre quelque chose de l'ordre des invasions barbares (L'afflux de réfugiés à la lumière d'un texte de Cioran). Et du fait, uniquement, de notre inconscience.
Ah! Angela Merkel, que les Allemands appellent "mutti", "maman", une grande déesse mère dont les bras sont assez grands pour accueillir tous les miséreux de la terre, et qui les traite mieux que ses propres fils...

Ah! Angela Merkel, que les Allemands appellent "mutti", "maman", une grande déesse mère dont les bras sont assez grands pour accueillir tous les miséreux de la terre, et qui les traite mieux que ses propres fils...

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article