L'affaire Fillon, un psychodrame médiatique

Publié le par Eminescu

Comme tout le monde, je suis le feuilleton médiatique de ces derniers jours, à savoir: Fillon démissionnera, ne démissionnera pas... Il tient le coup, le bougre, et son cas occupe les chaînes d'informations jusqu'à plus soif. En attendant, on ne parle pas de sujet un rien plus important: le travail, l'insécurité, l'immigration, l'islam, l'Europe, et j'en passe.

Hier soir, on se serait cru en pleine télé-réalité. Des déclarations chocs s'affichaient à l'écran, dramatisées par une musique de série B. Des commentaires à n'en plus finir sur sa visite annulée au salon de l'agriculture. On voyait en boucle des essaims de journalistes se jeter sur la moindre personnalité de droite, comme des mouches sur une bouse fraîche.

Fillon attaque les médias et les juges. Il prépare même pour dimanche une espèce d'insurrection de droite. (Qui ira à sa manif?) C'est un peu facile, après ses promesses d'intégrité, la main sur le cœur, de jouer les victimes, les persécutés. Il n'en demeure pas moins que quelqu'un a voulu le plomber. Qui? Sarkozy qui n'a pas digéré le "On imagine mal le Général de Gaulle mis en examen"? Macron? Qui a travaillé à Bercy? D'où vient le coup de poignard? Il n'est pas possible que l'info résulte d'un travail d'enquête du Canard enchaîné ou que quelqu'un se soit aperçu de quelques anomalies dans les comptes d'un seul de nos politiciens. Cette affaire, à ce moment-là de la présidentielle, a été voulue.

Qu'il soit derrière tout cela, ou non, le crime profite à Macron. Un candidat travailliste, à l'anglaise, jeune, moderne, un peu frais. Un homme qui pense profit, économie, gestion, qui gouvernera la France comme on gère une entreprise. Qui n'aura à coeur ni sa culture, ni son histoire. Un homme qui n'aura pas de vision à long terme, qui pense PIB et non civilisation.

François Fillon, ou le story-telling 2017...

François Fillon, ou le story-telling 2017...

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article