Lettre à Christine Tasin

Publié le par Eminescu

Je publie aujourd'hui une lettre envoyée il y a quelque temps à Christine Tasin, qui a fondé et écrit régulièrement sur Riposte Laïque. Je lui présentais ma dernière œuvre, Les Frères Muslims, et lui demandais de m'aider à la faire connaître. Elle aurait pu en parler sur son site ou m'indiquer vers qui me tourner. Nous luttons, son association et moi, contre l'islam. Toute contribution devrait être la bienvenue. 
 
Malheureusement, cette charmante dame n'a pas répondu à mon courrier. C'est dommage. Comme je le lui explique ci-dessous, c'est par l'art, par le soft power, que l'on fera triompher notre cause.
 
Voici donc ma lettre. Ne méritait-elle pas qu'on la lise avec attention et qu'on y réponde? Je ne sais pas, moi, j'ai quand même passé du temps à l'écrire.
 
Bonjour,
 
Je m'appelle François Saurel, je suis un auteur de trente-cinq ans originaire de Lozère et, comme vous, je m'inquiète de l'islamisation progressive de notre pays. Je suis par ailleurs un lecteur assidu de votre site dont je ne puis que saluer le courage. Vous dénoncez les contradictions de nos médias et la lâcheté de nos politiques avec une verve qui me réjouit.
 
Si je vous écris, c'est que je viens de terminer un texte sur l'islam : Frères Muslims. Il comprend huit épisodes, se présente comme une série américaine. Je suis parti d'un fait divers : en janvier 2016, trois adolescents syriens ont agressé plusieurs jeunes femmes dans un TGV reliant Lille à Bruxelles. Je me suis intéressé à leur état d'esprit, bien sûr, leurs valeurs, leurs convictions, mais aussi à leur entourage, le collège qui les accueille, leurs copains, leurs enseignants, les hommes et femmes qui ont aidé leur famille à s'installer en France. Je présente l'islam et ses jeunes adeptes sans fard ; ils sont avides de sexe et de marques, vomissent le pays qui les scolarise gratuitement et arrose leurs parents d'allocations. Mes dialogues sont souvent très crus, mais, hélas ! j'ai pu les entendre dans ma carrière d'enseignant.
 
Dans cette première saison, je me suis penché sur la violence, les incivilités, le rapport des musulmans aux femmes. J'ai pour projet d'écrire une suite sur la radicalisation.
 
En l'état, vous devinez bien que mon texte est impubliable. J'ai fait paraître les différents épisodes sur mon blog, mais je souhaiterais avoir un lectorat plus large. Je comprends que vous ne pouvez publier sur votre site un texte littéraire, mais une petite mention de votre part ou des relais vers lesquels je pourrais me tourner me seraient de la plus grande utilité.
 
Si la dénonciation et le travail intellectuel sont fondamentaux dans les combats que nous avons à mener, la créativité, l'imagination, la fantaisie ne sont pas moins importantes. Nous devons reprendre en main ce soft power qui nous a été confisqué. Habitués aux films et téléfilms des médias main stream, nos compatriotes ne parviennent plus à voir la réalité telle qu'elle est. On leur a inculqué des schémas narratifs, des personnages types, des éléments de langage qui les rendent aveugles. A nous de leur offrir des récits alternatifs, de les habituer peu à peu à voir la vérité en face.
 
Je vous adresse donc mon travail en fichier joint, je vous laisse encore un lien vers mon blog : mes textes y sont accompagnés d'images et de vidéos, vous trouverez également des articles divers sur l'actualité. J'espère de tout cœur que mon texte aura l'honneur de vous plaire.
 
François Saurel
Christine Tasin. Lisez ses articles. Cette dame a du tempérament et une plume.

Christine Tasin. Lisez ses articles. Cette dame a du tempérament et une plume.

Commenter cet article