On n'est pas couché

Publié le par Eminescu

Cette émission est de plus en plus décevante. Elle a connu ses heures de gloire, il y a dix ans environ, avec des confrontations qui nous changeaient des séquences "promotion de romans ou d'albums" dont on avait l'habitude avec Drucker. Un artiste de gauche (les artistes du système le sont tous) se trouvait face à un bon vieux réactionnaire, Zemmour, qui lui portait la contradiction et le faisait généralement passer pour un imposteur. C'est pour cela d'ailleurs qu'il a été remercié. Zemmour était censé jouer le méchant, s'attirer les huées du public, mais, au final, s'en tirait un peu trop bien et suscitait même les applaudissements.

ONPC était alors une émission riche et stimulante.

On s'est retrouvé enfin entre gauchos avec Caron, qui se contentait d'aboyer sur les invités comme un chien enragé. Exit les idées. Ne comptait plus que le clash, et le buzz qui va avec.

Et puis nous voilà au fond du fond avec Moix et Angot. Ces deux-là se lancent dans des monologues interminables, mais coupent allègrement la parole à leurs interlocuteurs. Ils parlent, mais on ne les comprend pas. Pour la simple et bonne raison qu'il n'y a rien à comprendre dans leur discours. Ces écrivains sont creux. C'est un mondain hypocrite et une hystérique folle à lier.

Pourquoi ai-je visionnée cette émission, alors?

Par curiosité. Pour voir comment un ancien chroniqueur, Aymeric Caron, se défendrait face à son ancien confrère, Yann Moix, comment il supporterait la contradiction.

C'est en-deçà de ce que j'imaginais. Rien à tirer de cette échange. Au fond, de la pollution à l'antisémitisme, ils sont d'accord sur tout. Après s'être fait des bises en coulisses, ils s'écharpent comme si c'étaient des ennemis de toujours. Une bonne vieille comédie, comme les hommes politiques et les journalistes savent en jouer. Du spectacle.

Il est question de génocide sur les animaux et de terrorisme de la pollution. Non, mais Caron a réfléchi pour écrire des conneries pareilles? Et il passe sur des plateau télé pour les promouvoir? A-t-il seulement cherché dans le dictionnaire la définition des mots qu'il emploie?

Le pire, c'est que la gauche n'a rien d'autre à proposer...

Il y a pour finir cette tragi-comédie autour de l'Etat d'Israël. Trois pages d'un livre qui a pour sujet les utopies, trois pages, que dis-je? quelques lignes insignifiantes qui déclenchent des colères dantesques. Quand on sait que Yann Moix a préfacé un ouvrage de Paul-Eric Blanrue, antisémite notoire, on trouve assez cocasse son obsession pour les juifs et son envie de servir la soupe à Yvan Attal. A croire qu'on le fait chanter.

Et j'avouerai au passage que j'ai beaucoup de mal avec la saillie haineuse d'Attal, non pas que je sois pour ou contre l'Etat d'Israël, mais parce que j'en ai marre de voir, sur des chaînes publiques, des gens s'étriper sur des sujets qui nous regardent si peu.

On n'est pas couché n'a plus d'audience. On comprend pourquoi: c'est une émission de gauche et la gauche est en état de mort cérébrale. Il suffit de regarder les deux vidéos qui suivent pour s'en convaincre.

Face à face Caron/Moix (le terrorisme)

Fece à face Caron/Moix (l'Etat d'Israël)

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article