La chute: Macron et les gilets jaunes

Publié le par Eminescu

Pendant que son peuple crève de faim, le roi se promène. Dîners, petits fours, rencontres et visites en Argentine. Même Louis XIV ou Louis XVI, pourtant tant décriés, n'avaient pas cette indécence.

Pendant que son peuple crève de faim, le roi se promène. Dîners, petits fours, rencontres et visites en Argentine. Même Louis XIV ou Louis XVI, pourtant tant décriés, n'avaient pas cette indécence.

Nul n'aurait pu prévoir, il y a un an seulement, que Macron atteindrait un tel niveau d'impopularité. La presse écrite, les médias main streams nous avaient vendu à grands coups de unes un président jeune et dynamique qui allait sortir la France de sa torpeur. Parce que c'était son "projet". Il venait de nulle-part. Accompagné de quelques disciples, il avait commencé une grande marche qui devait le conduire aux ors de l'Elysée. On faisait bien état ici et là d'un passage chez Rothschild, de postes au Ministère des Finances, de ses maîtres mondialistes, les Minc et autre Attali... Trois fois rien. Il ne fallait pas écorner le mythe du jeune premier qui s'était fait à la force du poignet.

Une poussée de fièvre populaire en mai, l'affaire Benalla et le héros, comme dans les tragédies de Shakespeare, apparaît sous son vrai jour. Un tyran de la pire espèce. Sa façon de gouverner? Le mépris de Mitterrand et l'arrogance de Sarkozy. Il a les défauts de tous ses prédécesseurs, à l'exception de la bêtise et de la filouterie qui nous rendaient sympathiques un Chirac ou un Hollande. Il ne se cache pas. Les Français sont des feignasses. Ils ne veulent pas s'aligner sur les pays anglo-saxons qui servent de modèles à l'oligarchie. Et qu'ils ne viennent pas se plaindre du chômage ou des inégalités. Tout est de leur faute. Ils ne veulent pas travailler. 

Sa politique lui est imposée par l'Europe, les patrons et les banques. Elle est simple. Le bon peuple qui a encore trois sous en poche doit payer pour maintenir l'euro et rembourser la dette de l'Etat. On ne s'en prend qu'aux petits épargnants, ceux qui ont mis péniblement quelques sous de côté pour les études de leurs enfants. Pour habiller la chose, on parle d'écologie. Il faut réduire nos émissions de CO2. Enfin, les petits Français doivent faire des efforts, pas les écolos des beaux quartiers ou les hommes politiques qui prennent l'avion tous les quinze jours, pour aller, comme lui, en Argentine. L'essence oui, le kérosène non. On taxe le carburant des pauvres, pas celui des riches.

Que dire encore de la réponse apportée au mouvement des gilets jaunes? De sa condescendance aux mensonges éhontés d'un Darmanin qui brandit l'épouvantail de la peste brune. Si l'on n'est pas d'accord avec ces gens-là, c'est qu'on appartient à l'extrême-droite. Attention! Hitler et les Nazis ne sont pas loin! La Seconde Guerre mondiale a servi à contrer Marine Le Pen au second tour et voilà qu'elle devrait fermer la bouche des gilets jaunes. Les heures sombres de notre histoire... ils n'ont plus que cela pour nous imposer l'Europe, l'immigration et leur racket fiscal.

A présent, le roi est nu. L'arnaque qui l'a conduit au trône a été dévoilée. Ce sont de vastes manigances médiatico-financières. Et BFMTV qui s'étonne de l'accueil fait à ses journalistes dans les manifestations... L'oligarchie s'en est sortie in extremis en 2017. Comment va-t-elle faire en 2022? Comment gruger un peuple une fois de plus? Ce type finira sa carrière politique à guère plus de quarante ans. Grillé. Que dis-je? Finira-t-il son mandat au train où vont les choses?

Nous allons vers de mauvais jours. Les économistes prédisent une crise dans les deux ans à venir, quelque chose du genre de 2008, avec des Etats qui n'auront pas les fonds nécessaires au renflouement des banques. Un effondrement des économies sur fond de tensions exacerbées entre le peuple et ses élites.

Vous avez été choqués par les scènes de casse d'hier soir? Pauvres amis! Vous n'avez assisté qu'aux hors-d’œuvres.

Publié dans Actualité, Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article