Un poème pré-révolutionnaire

Publié le par Eminescu

Voici un poème qui m'a été inspiré, il y a plus de quinze ans, par un petit bourgeois détestable et méprisant, comme on en trouve en pagaille dans nos centres villes. Je me suis trouvé à côté de lui, pendant un mariage. Progressiste dans l'âme, marié à une femme de couleur, ce monsieur était là pour donner des leçons de conduite aux campagnards qui l'entouraient. Il en était venu même, par un manque d'éducation typique des gens de gauche, à manquer de respect à ma mère. Je suis comme Rousseau; je ne songe à ce que j'aurais dû faire ou répliquer qu'après coup, quand il n'est plus temps. Tout de même, je lui aurais bien mis mon poing dans la gueule. Les événements de ce samedi m'ont rappelé ce poème, - il s'intitule A un bourgeois impudent - un poème qui exprime bien la rage séculaire de ces hommes et femmes des périphéries dont parle Christophe Guilluy, ceux qui n'ont pas fait d'études supérieures (Emmanuel Todd) et que les bobos de gauche rejettent avec hauteur. Ils ne sont pas partisans du mariage pour tous, des migrants et de la PMA! Ils ont des problèmes autrement plus pressants! Mais il arrive parfois que les miséreux, les ploucs, les bouseux s'invitent dans les beaux quartiers. Et répondent à la condescendance par un peu de casse.

 

A un bourgeois impudent

 

Vous me fîtes tantôt un bien grand affront, Monsieur. Vous croyiez, en tant que citadin opulent, pouvoir plaisamment vous payer un simple paysan. J’aurais pu interrompre une fête charmante, vous envoyer, d’un coup d’épaule, vous écraser sur des tables proprement apprêtées et rouer de coups votre face hautaine. J’ai pourtant contenu au fond de mon cœur une haine sauvage et serré les dents pour ne pas gâcher les noces d’une dame qui m’est chère. Savez-vous bien, Monsieur, que de tels affronts ne se lavaient autrefois que dans le sang ? que du temps où les hommes avaient le sens de l’honneur, on tirait les épées, que l’offenseur où l’offensé devait fatalement périr ?

Mais savez-vous seulement qu’il ne faut guère importuner le fauve qui sommeille ? Car pour vous, Monsieur, les hommes sont des bêtes. Les coquins de votre espèce accablent les gens de basse condition comme ces bœufs que les pâtres ont trop piqués de l’aiguillon : ils finissent par secouer le joug et briser les os de ces misérable d’un puissant coup de corne.

Souvenez-vous.

Par un soir orageux, un grondement affreux faisait frissonner Madame. Haletante de terreur, elle posait, livide, la main sur son sein blanc. C’est qu’au dehors, près des chaumières basses et des cours fangeuses, s’était assemblé un ramassis de paysans aux mains calleuses et aux bras puissants. Grisant en son patois rocailleux cette troupe de désespérés, contre vos rires, vos mépris, vos crachats, un homme s’était levé. Sous les cris de rage, devant les fourches et les faux dressées, il avait juré de vous rendre coup pour coup. Apprenez, Monsieur, que de ce temps-là, les guerres contre les gredins de votre espèce étaient sans merci et que ces grands meneurs que vous méprisez s’accordaient le droit de vous frapper par tous les moyens. Et, avant de succomber eux-mêmes, ils avaient mis feu à vos belles demeures et fiché vos têtes fardées au bout d’une pique.

Retenez bien la leçon, Monsieur, et prenez garde de ne pas éveiller le justicier qui s’ignore.


 

Les jacqueries, ces soulèvements paysans au Moyen Âge...

Les jacqueries, ces soulèvements paysans au Moyen Âge...

Publié dans Politique, Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article