La news letter

Publié le par Eminescu

De grâce, dite-moi que vous voulez connaître la suite de mon poème. Je vous garantis que vous en dormirez pas de la nuit. Il m'est d'ailleurs arrivé à cause de ça des histoires de fenêtre pas possibles. Je vous assure! Je vous la raconterez, peut-être même sous la forme d'une nouvelle drolatique. Si, si. Mais dite-moi que vous brûlez d'en connaître la suite.

 Allez, c'est un peu classique dans le genre, un peu convenu,  mais avouez que ça fout les boules, et que ça a une petite couleur moyen-âgeuse. Si vous lisiez un bouquin de Fantasy dans ce style-là? Plutôt qu'avec des trucs genre "l'Elfe Gildar se rendit compte en se levant de bon matin que... tatati". Il faut s'adapter verbalement au passé, sans être dans le plagiat, mais que ça soit au moins grand et puissant, pas dans ces réflexions contemporaines et terre à terre. Si vous lisiez une grande épopée dans un style comme ça, vous en seriez tout bouleversifiés pour des jours, et peut être même des semaines. 

C'est vrai quoi. Allez, si vous répondez pas, je vous garantis que je publie une nouvelle désespérée. Un truc à la troisième personne pour le coup qui vous rendra le cerveau tout brumeux malgré le printemps. Attention, j'en suis capable!

Oui, puis j'oubliais le principal: inscrivez-vous à la news-letter. Ca vous coûte rien. C'est sympa comme tout. J'ai une imagination pas possible en ce moment. Je vous abreuverai de mots jolis, de paragraphes délirants, des petites sottises impossibles qui vous feront délirer. Mais oui! Si y a une bricole qui vous plaît pas, trois ou quatre textes nouveaux viendront par la suite. Et y en a bien un qui vous causera quelques émotions litéraires, un peu de peur ou de joie, du drôle ou du sublime. Allez!

Commenter cet article