Une saine colère

Publié le par Eminescu

-Mais... mais on est au summum de l'immoralité! Ce que vous dites est proprement scandaleux! Pourquoi... pourquoi, Monsieur Sarkozy, quand vous étiez... Mon programme Handiscol!

Au siège du PS, rue Solférino, Madame Royal répète en compagnie de François Hollande.

-C'est bien ma puce, il faut que t'arrives à la placer quelque part celle-là. Les Français auront l'impression que tu l'attrappes aux c... le Sarko.

La belle se regarde un moment dans un petit miroir qu'elle tient toujours dans l'une de ses poches.

-Il faudra que je me mette un petit coup de Botox, moi. Je ressemble à une vieille RMiste! Ouh! Ouh!

-Si on allait dans le cagibi se faire des petits poutous partout...  avant de rentrer...

-Non, François, tu vas déranger mon brushing.

Sur le perron du siège du PS, le couple se retrouve face aux photographes et caméramen. Sans se départir de son sourire, Madame Royal glisse à l'un de ses gardes du corps:

-Vous me débarasserez ces Roumains estropiés qui traînent sur le trottoir d'en face. Ca fait mauvais effet devant la presse.

François Hollande et Ségolène Royal sur la route de la Fête de la rose d'Uzerche en octobre 2005. | GAMMA/JEAN-LUC LUYSSENSon sourire toujours radieux qu'immortalise une pluie de flaches.

Le couple Royal-Hollande a enfermé la bonne Antillaise dans le placard: les journalistes sont autorisés à pénétrer leur modeste appartement de 120m2 à Boulogne-Billancourt. On se croirait dans un ménage de classe moyenne. Tout est peut-être un peu plus neuf, plus design que chez les gens ordinaires. C'est François Hollande qui enfile le tablier et met le couvert.

-A tâââble les enfants!

L'appel résonne dans les vastes pièces, les longs couloirs.

Une voix répond:

-Attends, maman, je mets la vidéo de Charlety sur le site!

Un col de chemise bleu-ciel sortant de son chandail noir, mèche tombant sur le nez, Julien paraît le premier, puis Clémence et ses beaux cils relevés, sa jupe longue et son col roulé. Ca y est l' informaticien a fini: Thomas, le préféré de la candidate qui sourit derrière ses lunettes. Enfin, voici venir la petite dernière, les cheveux mal attachés, jean levis troué aux genoux, string sortant de la ceinture, elle s'asseoit en reniflant; elle est pleine de tics.

-Prends un mouchoir, Flora, c'est malpoli!

-Ouais.

-On dit pas "ouais", on dit "oui", enfin!

François tout en riant sort du four qui fume un gratin au Chabichou. Les mains dans ses gants de cuisine, il pose sur la table les pommes de terre qui ont viré au noir.

-Ce sont les paysans des Deux sèvres qui nous ont apporté leur Chabichou au chât..., à la maison... François le réussit toujours à merveille.

-C'est vrai, c'est super bon, maman!

-Ce qu'il est drôle... Tu n'as pas faim, Flora?

La jeune fille renifle; une mèche blanche tombe de sa narine.

-Bah, c'est tout cramé son truc.

-Dis pas de bêtise, Flora, c'est délicieux!

Ségolène garde son sourire tout en portant à la bouche un bout de pomme de terre noir comme charbon. Monsieur Hollande rit de bonheur.

-Hmm!

-J'ai pas envie de bouffer cette merde. Pourquoi vous avez pas fait bosser la boniche, putain! Vous me faites chier.

La jeune fille se lève de table et retourne à sa chambre.

-Flora!... Si tu continues, je vais piquer une saine colère. Je vais te mettre à la porte et tu vivras en HLM avec le RMI. Et compte pas sur maman pour l'augmenter... Ah, c'est ça de mettre les enfant au centre de l'éducation!

Le repas terminé, François ramasse les assiettes et fait la vaisselle en chantonnant. On regarde la télé à écran plat dans le salon. Extinction des feux. Modèle du couple moderne, François et Ségolène entrent dans le lit conjugal alors qu'ils ne sont même pas mariés.

-Oh! Oh! ma puce, si on se faisait des petits poutous partout...

-Lâche-moi, François. Tous ces flaches, ça m'a donné la migraine.

Sur le plateau du débat, la table couverte d'une plaque de plexi-glass, Ségolène paraît radieuse. Brushing soigné, Botox dans les pommettes. Les zygomatiques sont enclanchés: sourire jusqu'aux oreilles.

QuDébat présidentiel : Nicolas sarkozy et Ségolène royal face à face - Photo Elections Présidentielles 2007elques minutes avant le débat. Pendant que Xavier Bertrand donne de grandes tapes dans le dos de son champion, François masse les épaules de la candidate en lui donnant les derniers conseils:

-Je te l'ai dit, il est coriace... Il faut que tu prennes tout de suite le match en main. Tu l'envoies dans le coin du ring et tu le travaille au corps. Dès qu'il se découvre un peu, attaque au parties... Tu te rappelles ton texte... répète, s'il te plaît... Très bien.

Tournant la tête de droite et de gauche pour voir si personne ne le regardait, François glisse une oreillette dans les cheveux de sa compagne. De retour rue Solférino, il écrase au passage un ou deux Roumains qui traînaient encore sur le trottoir. Il s'installe avec monsieur Montebourg pour regarder le débat et coatcher sa compagne. A côté, dans une vaste salle, projection sur écran géant pour les jeunes militants du PS.

PREMIER ROUND: La délinquance

 -Ce qu'il faut pour lutter contre la délinquance, c'est passer les banlieues au Kärcher, et renvoyer toute la racaille en charter. Tolérance zéro!

-Que dites-vous enfin. Moi je les connaîs très bien ces quartiers, nous... nous y vivons au quotidien avec mon compagon. Nous devons discuter avec les jeunes, essayer de parler leur langage. Monsieur Hollande et moi-même le connaissons très bien, n'est-ce pas.

-La situation que j'ai trouvé en 2002 était catastrophique, Madame Royal et...

-Maintenant, ma puce!

-Cela fait cinq ans que vous êtes au pouvoir...

Sarko se tourne vers PPDA avec des yeux de chien battu.

-...Mais...mais, on est au summum... 

PPDA: -Ne coupez pas Monsieur Sarkozy, madame Royal.

Une clameur s'élève au siège du PS comme dans un stade, lorsque les supporters voient le tir de leur buteur passer au-dessus de la transversale.

-Il a de la chance que l'arbitre les sépare, fait Hollande à Montebourg.

DEUXIEME ROUND: Le chômage

-... Il y a beaucoup de pays qui ont le plein emploi. Comment ils font? Ils virent les chômeurs des listes Assedic. Si on ne peut plus les compter, madame Royal, c'est qu'ils n'existent plus, et on a vaincu le chômage. Je m'engage sur mon mandat à éjecter tous ces fainéants.

-Attention, ma puce, il a fait très fort là.

-Mais c'est pas une solution, monsieur Sarkozy. Il faut travailler moins pour gagner beaucoup moins, et là on donnera un petit travail à tout le monde. Si je suis l'élue des Français, j'organiserai une grande discussion. On négociera branche par branche. Dans les grosses boîtes syndiquées, on fera 32 heures payées 45, et dans les petites, 45 payées 32.

-Connaissez-vous l'institut Rexcode?

-...

-Putain Arnaud, c'est quoi cette merde...

-Alors, Rexcode?

-Ché pas moi. Dans la bouche de Sarko, ça doit être un truc du Médef.

-Dis que c'est le Médef, ma puce!

-L'institut Rexcode? Mais, c'est le Médef!

-Son président a été nommé par Jospin, madame. Ce n'est pas trèsgentil pour votre ancien premier ministre et il sera pas content s'il nous regarde.

Au siège du PS, les jeunes des VIIème et VIIIème arrondissements se frapent le front. On se croirait dans un stade où l'équipe qui reçoit a pris un pion.

-Si on fait pas le KO, Sarko va gagner aux points.

TROISIEME ROUND: Le nucléaire

-Moi, je veux garder nos centrales nucléaires. Il y a de l'uranium pour 300 ans et puis même si ça pète, c'est pas grave, ça fera du travail pour les toubibs.

-Comment pouvez-vous dire cela. Nous on va planter des éoliennes dans les Hautes Alpes et des panneaux solaires à Brest et à Dunkerke. Avec Dominique Voynet, on fera du carburant avec le caca humain. Et puis, et puis savez-vous quelle est la part du nucléaire dans la production énergétique? (Tout bas) François, François?

-Oui, ma puce...

-Euh...

-Hein? Vous faisiez le malin avec votre Rexcode.

-Ah mais je le sais... (Il se tourne vers PPDA qui ne peut rien pour lui)... C'est environ... la moitié...

Arnaud Montebourg-Putain Arnaud. Où t'as foutu les fiches? Là... soixante-dix-sept pourcent!

-Quoi? Brrrzzzz... Dix-sept pourcent?... (tout haut) Mais c'est dix sept pourcent!

-An non!

-Ah si!

-Allez ma puce, t'as dit une connerie, c'est pas grave. Ca passera si tu tiens!

-Monsieur Sarkosy fait une série d'erreur plus grosse que le derrière de Xavier Bertrand! On est au summum...

PPDA: -Bien, il nous reste plus beaucoup de temps, si vous le voulez bien, on va parler de...

DERNIER ROUND: L'éducation

-Elle peut faire la différence là-dessus. C'est le moment de tout donner Ségo! Allez! Envoie-le dans les cordes!

-Avec moi, vous allez voir que ça sera plus le bordel dans les classes: je ferez accompagner les profs d'un flic et matraquer les petits cons qui la ramèneront en cours. Dès la maternelle, je dis bien, dès la maternelle, je repérerai les primo délinquants et je les foutrai en prison.

  -Vous n'avez rien compris, monsieur Sarkosy. Il faut au contraire que les élèves puissent s'exprimer: qu'ils crachent sur leurs profs. Il sont là pour ça quand même! Puis j'ai fait en sorte que les élèves puissent les faire virer en les accusant de pédophilie. C'est comme ça qu'on va s'y prendre.

PPDA: Et les handicapés?

-Je trouve que c'est terrible les handicapés. L'autre jour, j'en ai vu un qui n'avait plus de jambes. Il n'avait plus qu'un seul bras. Il poussait son fauteuil roulant sur une seule roue et tournait en rond parce qu'il n'arrivait pas à avancer. Je vous garantis que ça fait quelque chose. Grâce à moi, les handicapés pourront porter plainte au tribunal.

Sarkozy essuie une petite larmichette qui coule de son oeil gauche.

-Je vais piquer une saine colère!

-Maintenant, ségo, attaque! Aux parties! Il faut tout donner!

-Mais...mais...

-Allez, ma puce...

-Mais... On est au summum de l'immoralité! Ce que vous dites est proprement scandaleux! Pourquoi... pourquoi, Monsieur Sarkozy, avez-vous supprimé mon programme Handiscol? Hein, mon beau programme Handiscol? J'avais tout bien fait: c'était pour eux comme s'ils étaient normaux. Et je vous vois là, o comble de cynisme, avec votre larme à l'oeil. Ah, mais... mais je suis révoltée...

Sarkosy est dans les cordes. Il encaisse les crochets qui finissent par percer sa garde. Il se découvre. Le coup des handicapés tape en plein dans les parties. Il tombe le front sur le plexi-glass de la table, les yeux révulsés.

Photo : 070501175515-rnquntz41-des-milliers-de-personnes-rassemblees-au-stade-chab.jpgAu PS, c'est le but victorieux de Henry contre le Brésil, le trois zéro de 98. La gauche bohème est debout: "Ségo! Ségo! Ségo! Ouais Ah!" Une rumeur folle, comme une explosion, fait trembler la salle. Thomas, Julien et Clémence se mettent à trépigner avec des rires hystériques. François Hollande tombe dans les bras d'Arnaud Montebourg. "Elle l'a fait, putain, elle l'a fait." Il en pleure de joie.

Et cette victoire de Ségolène par KO, ce retentissement rue Solférino - mais où a-t-elle trouvé une telle énergie?- la portera, personne ne peut en douter, au Palais de l'Elysée. Que Chirac fasse ses valises, que Bernadette vide les armoires, place à Ségolène Royale: la France présidente enfin, et François Hollande, première dame de France.

 

 

Publié dans Nouvelles drolatiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Loïs de Murphy 07/05/2007 18:53

Je ne suis pas une fan de Ségolène Royale mais je ne comprends pas pourquoi vous utilisez de vieux clichés macho pour la parodier ? Les rapports sociaux des sexes ne sont plus comme dans les années 50 vous savez :o)

Eminescu 07/05/2007 19:19

Loïs, je n'ai pas de clichés macho, ou alors c'est bien malgré moi, mon éducation de petit immigré peut-être. Non, je me suis mal fait comprendre: je voulais montrer la gauche bohème qui se la joue famille de classe moyenne. Ils affichent de belles idées, mais ressemble à la famille de de Villiers. Compte tenu des origines de Ségolène d'ailleurs, sa famille de militaires... Sur sa froideur et la niaiserie de Hollande, tu m'avouera que je suis un petit peu dans le vrai. Maintenant, si j'ai fait quelques blagues faciles, je m'en excuse. Sincèrement. Eminescu.