Avant la rencontre

Publié le par Eminescu

(Non, ce n'est pas la fameuse nouvelle désespérée que je vous réserve. C'en est une autre plus brève, originale d'une autre manière. C'est en attendant...)

La rue est large. Elle est pleine d'autos. Dans ma poitrine, j'ai comme une boule, quelque chose qui me fait mal. Il m'a vu, il me sourit, je crois. Il est pas mal avec ses mèches brunes qui lui tombent sur le front. Le vacarme des voitures est assourdissant. Un camion m'empêche un moment de le voir. Je lui fais un signe de la main, un peu gênée. Il a de larges épaules, des bras forts. J'aimerais me blottir contre sa poitrine, m'abandonner tout contre lui. Allez!... Pourquoi le feu ne passe pas au rouge!

Ca y est, cette fois, j'y suis. Plus qu'à traverser la rue. Elle doit être au milieu de tous les gens qui attendent. C'est elle là, la blondinette. Je lui trouve peut-être pas les formes comme je voudrais. Mais quel beau visage, putain. Ah ce camion qui m'empêche de la voir, ce bordel qui en finit pas! Elle me fait signe, elle m'a vu. Elle veut de moi, j'en suis sûr. Qu'est ce que je fais quand le feu passera au rouge, que toutes ces caisses s'arrêteront? J'avancerai et je la prendrai dans mes bras. On s'embrassera.

Les autos s'arrêtent.

Publié dans Nouvelles quotidiennes

Commenter cet article

angel 03/06/2007 01:13

vrai petite merveille bisous a toi a trés vite j espere

Eminescu 05/06/2007 15:02

Merci pour ton message. Excuse-moi de te répondre aussi tard. J'ai tendance à négliger mon blog ces jours-ci. E.