Cinq écrivain (troisième volet)

Publié le par Eminescu

Aujourd'hui...

Daniel Pennac

Daniel Pennac, c'est un type qui doit être vachement sympa. C'est ce qui ressort de sa photographie, même si on peut se tromper. J'ai pas accroché l'histoire des Malaussène dans la Fée Carabine. Je n'ai pas lu Comme un roman dont on m'a beaucoup parlé, juste quelques extraits de Cabot Caboche. Il me faudra le lire aussi: que de choses à lire!

Alors sur quoi puis-je m'appuyer pour parler du Danny? J'ai fait le coup avec Schmitt, ça commence à bien faire... Sur le Renaudot bien sûr, Chagrin d'école! C'est son dernier roman, une autobiographie, le parcours d'une vie, une somme.

Ce qui me frappe d'emblée dans notre littérature et notre société, c'est la passion du témoignage. Tous les romans - Darling de Jean Teulé, Le Roman des Jardin -  se présentent comme des histoires vrais: grands renforts de dialogues avec les principaux intéressés, extraits de journaux parfois; on se croirait dans Envoyé Spécial. Nos écrivains ont délaissé la fiction pure, le mythe, ce qui était quand même leur travail à la base.

Témoignage donc de son passé de mauvais élève: la quatrième de couverture présente même un bulletin peu flatteur. Témoignage ensuite de sa carrière où notre homme essaie de conjurer son passé, tourmenté parfois par son mauvais génie, une voix qui lui rappelle ses échecs, ses cours bâclés... Sympa Danny: il veut aider les jeunes à surmonter leurs blocages pour qu'ils puissent faire comme lui. A la fin il dit qu'il récupère les petits oiseaux blessés au moment de partir pour la migration vers le soleil. Mais c'est une anecdote qu'il raconte mieux que moi... 

Commenter cet article