Frères Muslims (prologue)

Publié le par Eminescu

Ils ont des balles, nous avons des mots.

Il y a bien longtemps, on parlait dans les désert de l'Arabie une langue douce et harmonieuse. Mais un jour, un homme se perdit dans les sables. Tenaillé par la soif, il marcha des jours durant, et une barbe hirsute couvrit ses joues. Il marcha, et tomba sur une pierre noire, un bloc aux reflets étranges qui lui arrivait à la taille.

Par quel enchantement se trouvait-elle là? Était-elle tombée du ciel? En la considérant, l'homme se perdit dans les ténèbres les plus insondables.

Il ressentit comme une vibration dans la gorge et se mit à tourner autour du bloc, en proie à des tremblements de plus en plus intenses. Enfin, pris de vertiges, il toucha le fabuleux monolithe. Des éclairs en jaillirent et irriguèrent son corps, qui se dressa à l'horizontale tandis que sa main adhérait toujours à la pierre. Sa barbe se hérissa.

Allaouah Allaouah akabaouar, cria-t-il.

Se développa ainsi la langue gutturale et rocailleuse que l'on connaît.

Notre homme transmit la puissance de la pierre aux caravaniers du désert et, brandissant leurs sabres du haut de leurs chameaux - qui se mirent à blatérer - ils s'élancèrent à la conquête du monde.

Ce fut le début de l'épopée des Frères Muslims.

Also sprach Zarathustra (Ainsi parlait Zarathoustra), composé par Richard Strauss en 1896 et inspiré par l'ouvrage philosophique du même nom de Friedrich Nietzsche. Musique vulgarisée par le film 2001: A Space Odyssey de Stanley Kubrick.

Publié dans Nouvelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article