Les migrants, le burkini, Zemmour et les prénoms musulmans

Publié le par Eminescu

Quelques réflexions, ou coups de colère - cela arrive - qui me sont venus au fil de l'actualité.

Le burkini

Après les attentats de cet été, il me semble que les musulmans de ce pays auraient pu la mettre en veilleuse. C'était la moindre des choses. Mais non! Il faut que leurs femmes viennent encore nous provoquer sur nos plages.

Mais qu'on ne s'y trompe pas.

Le burkini n'est pas un problème en soi, c'est un épiphénomène. On fait venir des étrangers à la pelle et on s'étonne ensuite qu'ils soient musulmans et qu'en tant que tels, ils n'aient pas les mêmes principes, les mêmes tenues vestimentaires que nous. Ce n'est qu'un début. De plus en plus nombreux, de plus en plus revendicatifs, les musulmans réclameront - et obtiendront - des jours fériés, auront des partis politiques puissants et, si nous ne réagissons pas d'ici là, ils nous imposeront leur religion et leur mode de vie.

Ce qui m'amuse beaucoup dans cette histoire, ce sont ces féministes de gauche, écartelées entre "l'immigration est une chance" et "mon corps m'appartient". Elles ne comprennent pas que ces immigrés dont elles se sentent solidaires réduisent à néant les conquêtes de maman...

Les migrants

12 000 migrants à répartir dans nos régions. Les gens n'en veulent pas, mais le gouvernement passe en force. Pas partout. En Corse, on craint les actes de représailles. Ceux qui supporteront ces migrants, ce sont les Français bien sages, qui ne disent jamais rien, qui acceptent tout sans rechigner.

Des hommes de vingt ans, en manque de sexe et d'argent, des fanatiques, détraqués encore par les guerres qu'ils ont connues, seront logés, avec vos impôts, près de vos écoles et de vos maisons. Ils voleront vos portables, racketteront vos gamins, tripoteront vos femmes. Certains - mais il ne faut pas faire d'amalgames - tireront peut-être dans la foule pour venger leurs compatriotes...

Et puis les SDF bien français pourront crever de froid cet hiver, nos gouvernants s'en foutent. Les étrangers sont prioritaires.

Aujourd'hui, j'écoutais une collègue d'histoire. Elle travaille avec ses élèves sur la démographie en Afrique et la pauvreté qui en découle. Elle se sent investie d'une mission: il faut expliquer à nos chers bambins que la France a le devoir d'accueillir tous ces miséreux. Pourquoi? Eh bien parce que nous serions responsables, en tant que vieille puissance coloniale, des inégalités nord-sud. Ma chère collègue n'explique jamais, bien sûr, que la colonisation a permis, par l'apport de vaccins, la construction d'hôpitaux et d'infrastructures, une baisse de la mortalité en Afrique et, par là-même, une explosion démographique. Nous n'avons pas été inhumain avec le continent noir; d'une certaine manière, nous avons été trop généreux.

Quoi qu'il en soit, c'est aux Africains de se prendre en main et de contrôler leurs naissances. L'Europe n'est pas un grand déversoir. Ils ne peuvent pas nous demander de gérer tous leurs problèmes et nous accuser, ensuite, d'être paternalistes.

Et puis, si ma collègue les aime tant ses étrangers, elle a qu'à les prendre chez elle - elle construira des mezzanines pour les loger - et mettre ses filles à l'écoles avec leurs gamins à eux. Charité bien ordonnée commence par soi-même.

Zemmour et les prénoms

Zemmour voudrait que les étrangers donnent des prénoms français à leurs enfants. Aucun gouvernement n'osera l'imposer, on y verrait une dérive fasciste, totalitaire. Cela renverrait aux heures sombres de notre histoire. Brrr... On se désolidarise donc du polémiste, on le condamne. Rachida Dati, attaquée pour avoir appelé sa fille Zohra, est ulcérée, elle n'a pas de mots assez durs. Elle voulait rendre hommage à sa "maman".

Mais, tout Français ayant un brin de jugeote comprend que le problème de l'intégration des musulmans vient de là. Ce n'est pas notre faute à nous. Nous ne sommes pas racistes ou xénophobes.

Pourquoi les Espagnols et les Italiens se sont si bien fondus dans la population française? Simplement parce que "Pietro" et "Pedro" correspondaient à "Pierre" et qu'ils n'ont vu aucun inconvénient à ne pas garder la forme d'origine. Partant de là, ils ont pu contracter des mariages avec la population qui les a accueillis. En quelques générations, ils sont devenus français comme vous et moi.

Rien de tels avec les musulmans. Ils n'imaginent pas un seul instant appeler leurs gamins autrement qu'"Abdul" ou "Mohamed". Nos prénoms sont pour eux des insultes. "Youssef" pourrait être transcrit en "Joseph", "Djibril" en "Gabriel". N'y comptez pas. Ils veulent garder la prononciation de leur langue d'origine avec ses accents rauques et ses raclements de gorge.

Ils viennent sur notre sol profiter de nos allocations, de nos logements sociaux, mais ne leur demandez surtout pas de s'acclimater à nos mœurs et à notre culture. Cela les révulse. Leurs femmes garderont le voile et leurs fils s'appelleront Mohamed.

Et, quand ils seront assez nombreux, il en ira de même de vos femmes et de vos fils à vous...

Avez-vous envie de ça près de chez vous?

Avez-vous envie de ça près de chez vous?

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article